jeudi 28 avril 2016

Le programme de photographie est à la recherche d'enseignants. C-V à faire parvenir.

Le cégep du Vieux Montréal est encore à la recherche d'enseignants au sein du programme de photographie afin d'assurer les suppléances et éventuellement des charges.

Veuillez faire parvenir votre curriculum vitae via le portail d'emploi du cégep.

http://www.cvm.qc.ca/cegep/ressourceshumaines/CandidaturesSpontanees/Pages/index.aspx

Seuls les c-v reçus à cette adresse sont admissibles.

Bonne chance


Mon coup de coeur cette session

Voici un « Demo Reel » que je demande à mes étudiants de faire chaque année.

Le but de cet exercice est de concocter une petite vidéo où transpire leur savoir-faire et leur sensibilité de sorte à pouvoir montrer à un éventuel employeur leur potentiel en vidéo.

Félix Hallé et Francis Terry ont joint leurs efforts dans ce petit tour d'un certain Montréal.

On sent leur influence photographique, leurs sensibilités architecturales, leur appréciation du noir et blanc. C'est ce que l'on cherche à faire au Vieux en les exposant à divers secteurs de la photographie afin qu'au moment venu, ils puissent intégrer leurs expertises.

Félicitations Félix et Francis!

lundi 18 avril 2016

Exposition des travaux noir et blanc des premières années au Vieux

photo Sophie Larocque
Les étudiants de premières sessions 2014 et 2015 exposent leurs photos en noir et blanc.

C'est une exposition récurrente aux deux ans.

C'est à l'Agora du cégep du Vieux Montréal par l'entrée du 3e étage coin Ontario et Sanguinet.

Bienvenue à tous.

Vernissage le mardi 19 avril à 17 h 30.

L'exposition se poursuivra jusqu'au 29 avril.


samedi 16 avril 2016

Et si les caméras numériques n'étaient pas performantes, qu'en serait-il du marché?

Brownie des années 1940, photo Martin Benoit
J'aime beaucoup les spéculations de « réalités alternatives » (alternate reality) en bon amateur de science-fiction.

Et si nous étions encore aux prix et aux performances du Nikon D1 en cette ère de grande bande passante Intenet?

La Nikon D1, une caméra très chère (6000 $) et des fichiers semi-utilisables. C'était la situation en 2000. N'importe quel 35mm supplantait la qualité d'image de la D1 sauf sur le plan vitesse d'obtention d'un fichier. Il fallait développer et numériser. C'était la routine depuis les années 1980 afin de publier.

Un appareil de 6000 $, ce n'était pas encore exactement la démocratisation de la photographie numérique. Ce fut un appareil apprécié et très acheté, en particulier dans l'univers du photojournalisme où la vitesse et la qualité d'impression sur papier journal pouvaient vivre avec ce genre de performances.

Et si l'évolution des capteurs en était plus ou moins restée là, mais que la bande passante et la vitesse des ordis, elles, avaient progressé à la vitesse qu'on lui connait aujourd'hui permettant de télécharger des images en un clin d'oeil?

Tous les commerces voudraient mettre des tonnes d'images sur le web, mais n'auraient pas les caméras amateurs et les photographes amateurs pour nourrir cette bête affamée d'images.

Qui aurait hérité de ce mandat de nourrir cet ogre? Je crois bien que ce aurait été les photographes professionnels de l'époque qui y auraient vécu un Eldorado. Pour combien d'années? L'évolution des capteurs et leur baisse de prix auraient dicté la fin de la fête.

Nous vivons présentement un phénomène similaire avec les capteurs de grande taille. Si les professionnels avaient du attendre que les capteurs moyen format baissent de prix, ils attendraient longtemps et ils attendent encore. Toute proportion considérée, les systèmes de captures moyen format ne baissent pas de prix rapidement considérant les années qui passent. Ce sont les capteurs 24x36 qui sont sujets à la plus grande révolution au niveau professionnel. Je passe ici les progrès phénoménaux des capteurs et des optiques de caméras de téléphones cellulaires.

Au début des années 1900, un phénomène similaire s'est produit. Un nommé Turner obtient un brevet pour l'idée d'ajouter un papier opaque derrière une pellicule de sorte à pouvoir l'enrouler sur une bobine aux parois opaques afin de pouvoir charger et décharger une caméra en plein jour. Eastman Kodak achète le brevet et introduit les appareils Brownie qu'il fini par fabriquer pour 1 $ pièce à l'époque où l'appareil le meilleur marché valait ~25 $ (je fais un raccourci historique ici). Kodak destine cet appareil aux enfants tant il est simple d'utilisation espérant ainsi générer des ventes de films. On connait la suite de l'histoire, c'est monsieur et madame tout le monde qui ont acheté et utilisé l'appareil et les « pros » en ont pris pour leur rhume dans le secteur du portrait familial. Si vous avez déjà eu dans vos mains des portraits professionnels de l'époque versus les images générées par les Brownie, il n'y a aucune commune mesure. On est dans l'univers du Lens Baby première génération voir moins. Reste que la photographie a connue sa première grosse vague de démocratisation au détriment des pros.

Nous sommes dans une économie de marché où l'offre et la demande dicte les lois. Comme dirait Darwin, la capacité d'adaptation détermine la survie de l'espèce.


jeudi 7 avril 2016

Marché aux puces photo en fin de semaine

photo Martin Benoit
C'est ce dimanche qu'a lieu le marché aux puces photo de l'ouest de Montréal.

Au plaisir de peut-être vous y rencontrer.

Souvenir de la Petzval monture Canon de Lomo que j'ai eu le plaisir de "palper" dans le magasin Lomography de Soho à Londres.

459 £ pour le fini laiton et 549 £ pour la version noire.

En passant, le taux de change pour la £ est de 1,8, ce qui implique 826$ pour la version laiton et 988$ pour la noire...

lundi 14 mars 2016

Quand le détail devient le vocabulaire narratif

Concours Rodéo 8

source CAPIC 
 
Rodéo 8 est un concours national de photographie et d'illustration ouvert aux étudiants de la CAPIC.

Les gagnants obtiendrons de la visibilité à l’échelle nationale, ainsi que des prix!

1er prix : 500 $ | 2e prix : 350 $ | 3e prix : 150 $

Les 10 finalistes dans chaque catégorie reçevront l’adhésion sans frais à la CAPIC à titre de Talent émergent et seront admissibles au concours du « Choix du public » sur nos médias sociaux.

Autres prix à gagner :

-un compte d'utilisateur standard de PhotoShelter gratuit pour les 3 finalistes dans chaque catégorie
-la publication du portfolio sur le site Web de Creative Source pour une période d'un an
-écrans à stylet interactif de Bosto Canada
-un certificat Blurb pour créer un livre photo ou un magazine

La date limite de participation est le 6 avril 2016.

Si vous ne l'êtes pas déjà, devenez un membre étudiant de la CAPIC et soumettez vos oeuvres en ligne avant qu’il soit trop tard!