vendredi 30 juillet 2010

Quelqu'un va faire moins d'argent que prévu

Finalement, il semble que les négatifs retrouvés ne sont pas d'Ansel Adams, preuve à l'appuie...
Qu'est-ce que tout ça prouve? Que la valeur est associée à un nom? Que l'on n'a pas compris ce qui fait un Adams? Ansel avec des "disciples" qui l'émulaient et il fréquentait plusieurs photographes de styles similaires au sien..,

merci Matthieu

mercredi 28 juillet 2010

Negatifs sur verre présumés d'Ansel Adams

Cyberpresse publie un article en provenance d'AFP qui relate l'histoire de quelqu'un qui a fait l'acquisition de négatifs sur verre non identifiés et qui a passé plusieurs années à démontrer que ce seraient des négatifs d'Ansel Adams.

L'identification est basée sur la similitude des paysages et la position relative des nuages qui confirmeraient une proximité dans le temps entre les prises de vues officiellement attribuées à Ansel Adams.

Un site web a été mis sur pied pour vendre ces négatifs et expliquer leur histoire.

Plusieurs choses me surprennent dans cette histoire. Premièrement, c'est la femme d'Ansel qui identifie les enveloppes (quelle belle relation de couple), Ansel Adams utilisait des plaques de verre au lieu de négatifs flexibles, les négatifs semblent valoir plus que les impressions. Ceux qui on suivie l'aventure d'Ansel Adams, savent que ses tirages et son interprétation des négatifs sont cruciaux à son oeuvre, les négatifs ne sont qu'une étape du travail. Étrangement, personne ne parle du vendeur de la vente de garage et de comment il avait acquis ces négatifs.

Enfin, il semble y avoir une grosse préoccupation mercantile dans toute cette histoire...

1500,00 U$ pour un tirage 24 x 30 imprimé par un expert de 40 ans d'expérience si ça vous intéresse (je fête cette année mes 40 ans de développement depuis ma première chambre noire; peut-être que mes tirages valent cher).

Je ne suis pas le seul sceptique, PDN raconte l'opinion du petit fils d'Ansel Adams.

merci Pierre-Louis

vendredi 23 juillet 2010

La saga de Nathalie Daoust avec les autorités chinoises

Les autorités chinoises menacent de détruire une collection d'images de Nathalie Daoust (photographe montréalaise), car elles sont jugées pornographiques.

Nathalie a commencé à substituer dans ses cadres des images plus "douces" afin de leur permettre de franchir la frontière. Ces images seront exposées dans 4 galeries chinoises.

La série "Tokyo Hotel Story" a étrangement déjà été publiée dans une publication chinoise sans problèmes.

Une saga à suivre.

photo extraite de la série Tokyo Hotel Story par Nathalie Daoust

mercredi 21 juillet 2010

Steve McCurry exposera le dernier rouleau de Kodachrome™

Steve McCurry, photographe de la jeune fille afghane du National Geographic, exposera le dernier rouleau de film Kodachrome™ fabriqué par Kodak™.

Un documentaire et une entente spéciale ont été convenus entre lui et la compagnie pour exploiter au maximum ce dernier rouleau.

Les images devraient être publiées en 2011 dans le magazine.

dimanche 18 juillet 2010

Le retour du collodion humide

Hier et aujourd'hui, avaient lieu à la Maison Sir-George-Étienne-Cartier des démonstrations de prises de vues au collodion humide par René Bolduc afin de commémorer les 150 ans de ce musée.

La pluie a écourté les démonstrations hier, mais aujourd'hui, le beau temps était au rendez-vous et les visiteurs ont apprécié.

Je suis de ceux qui ont tendance à dire que si vous trouvez que l'argentique est plus beau que le numérique, c'est que vous n'êtes pas assez bon en Photoshop™ pour pouvoir simuler ce que vous aimez de l'argentique. Cet après-midi, j'ai beaucoup aimé toutes les qualités de ces images et je ne crois pas que le numérique pourrait y rendre justice. Le côté vitreux du médium, les caractéristiques des objectifs à portrait de l'époque avec leur bokhé de périphérie très particulier.

René Bolduc maîtrise bien son médium, car malgré les passages nuageux et une lumière constamment changeante, il a réussi à bien exposer du premier coup ses deux prises de vues. L'audience était très intéressée et Claude était généreux en explications. Autodidacte, il a réussi à communiquer sa passion pour ce médium relativement rapide tout considéré. Il s'est déroulé huit minutes entre le moment de la prise de vue et le visionnement du positif. C'est quasiment du Polaroïd en plus romantique.

video
René Bolduc expose une plaque de collodion pour environ 3 secondes. vidéo Martin Benoit


En haut, René Bolduc présente aux spectateurs la plaque fraîchement lavée après développement. photo Martin Benoit

vendredi 16 juillet 2010

IPod et RedRockMicro

Y en a qui travail fort pour intégrer la vidéo aux caméras DSLR.

Redrock microRemote preview from Redrock Micro on Vimeo.

Pierre Manning et Holt Renfrew

source Pierre Manning


Holt Renfrew a le plaisir de dévoiler l’exposition POLA1300 en exclusivité au café holt. Réalisée par le photographe montréalais, Pierre Manning, cette série de 10 clichés uniques est le fruit d’une collaboration exclusive entre Holt Renfrew et l’équipe du photographe.


C’est au 1300, rue Sherbrooke Ouest, sur le toit et dans les coulisses du magasin iconique de Montréal, que s’est déroulée la séance photo, reflétant ainsi le faste des années 90, une des inspirations principales de la direction artistique du catalogue Holt de l’automne 2010. Pour cette série entièrement réalisée au Polaroid, Pierre Manning désirait faire un clin d’œil aux agences de mannequins recrutant autrefois leurs futurs visages à l’aide de cet appareil. Le stylisme, quant à lui, met en vedette les pièces-clés des nouvelles collections en magasin et illustre les grandes tendances de l’automne.


photo Pierre Manning

mardi 13 juillet 2010

Stylisme culinaire

source Marcin Wozniak

Petit vidéo intéressant justifiant la présence de 150 personnes sur un shoot de pizza.

Cliquer sur l'image

lundi 12 juillet 2010

Perrier et la pub interactive

Perrier vient de lancer un site web interactif unissant Dita Von Teese et la photographie.

Vous êtes invités à jouer au photographe, à l'aide d'un Polaroïd SX70, et de photographier la célébrité dans une chambre sombre (dark room) où vous pourrez visualiser vos clichés qu'à la lumière du flash.

Cette pub très française serait-elle imaginable par une compagnie québécoise?

jeudi 8 juillet 2010

A MacArthur Park tradition is coming to an f-stop - latimes.com

A MacArthur Park tradition is coming to an f-stop - latimes.com

Démo de collodion humide la fin de semaine du 17-18 juillet

source Marie-Monique Jean-Baptiste

LA MÉMOIRE SUR VERRE

La photographie à l’époque victorienne au lieu historique national de Sir-George- Étienne-Cartier
MONTRÉAL (Québec), le 8 juillet 2010 – Les 17 et 18 juillet, de 13 h à 17 h, dans le cadre de l’événement Montréal Ville de verre, le lieu historique national de Sir-George-Étienne- Cartier accueille le photographe René Bolduc qui présentera l’atelier La mémoire sur verre.
Dans la cour de la résidence victorienne de la famille Cartier, M. Bolduc fait la démonstration de la prise et du développement de clichés avec la méthode du collodion humide, un procédé vieux de plus de 150 ans. Cette rencontre de l’optique, de la chimie et de l’art permet de produire des photographies sur verre sous les yeux du public. Une occasion unique d’observer les procédés qu’employaient les photographes au milieu du 19e siècle. Les bourgeois de cette époque ont d’ailleurs été parmi les premiers à bénéficier de l’invention de la photographie.
René Bolduc pratique la photographie depuis plus de 25 ans, mais c’est en 2007 qu’il concentre ses efforts à la maîtrise du procédé au collodion humide. Sa technique demeure complètement artisanale et chaque image produite est unique. Les images prises sur ses plaques de verre transportent dans un autre monde et représentent la photographie à l’état brut.
Les personnes intéressées par cette activité doivent réserver leur place, au 514-283-2282. Le samedi 17 juillet étant la Journée des Parcs, l’entrée à l’atelier sera gratuite. Pour le dimanche, les droits d’entrée sont de 7,80 $ et incluent la visite libre de la demeure victorienne de la famille Cartier.
Le lieu historique national de Sir-George-Étienne-Cartier est situé au 458, rue Notre-Dame Est, dans le Vieux-Montréal. Il fait partie du réseau des parcs et des lieux historiques nationaux de Parcs Canada, lesquels offrent aux visiteurs des services d'accueil de premier ordre et des expériences patrimoniales exceptionnelles. En 2010, Parcs Canada célèbre le 125e anniversaire de la fondation, en 1885, du Parc national Banff. De 2011 à 2012, le Canada commémorera aussi le centenaire d’une première mondiale : la création du premier service national de parcs, le 19 mai 1911. Soyez de la fête et célébrez avec nous ces deux moments marquants de notre histoire!
-30-
Renseignements :
Daniel Beaudin Gestionnaire intérimaire Lieu historique national de Sir-George-Étienne-Cartier 514-283-2282 parcscanada.gc.ca/cartier

René Bolduc, photo René Bolduc

lundi 5 juillet 2010

Make-Up Challenge 2e édition

sources Colombe Boileau et Bianca Iasenzaniro

!!RENCONTRE DANS LE CHALET A 12H00 !!
CHALENGE POUR MAQUILLEURS, apporter votre équipe et créer un projet de type éditorial. INSCRIPTION: 35$ Par Équipe (Maquilleur, Styliste, Mannequin)
PS; SI VOUS N'AVEZ PAS D'ÉQUIPE, soit DE MAQUILLEUSE, DE STYLISTE OU DE MODÈLE, VOUS POUVEZ VENIR SUR PLACE ET VOUS JOINDRE À DES ÉQUIPES
J'INVITE LES PHOTOGRAPHES ( Pas de frais D'inscription) À CHOISIR PARMI LES PROJETS ET À FAIRE DES PHOTOS
Le but de cet événement, est de faire des création de type ÉDITORIAL
Les projets choisis par les photographes et pris en photo SERONT JUGÉ PAR SYLVAIN BLAIS du KILL MAGASINE, qui déterminera l'équipe GAGNANTE!
LES $ AMASSEZ (FRAIS D'INSCRIPTIONS) SERONT VERSÉS AUX PHOTOGRAPHE GAGNANT POUR COUVRIR LES FRAIS D'IMPRESSION et de RETOUCHE POUR L'ÉQUIPE

NB: Vous devez apporter tout ce dont vous avez besoins pour travailler a l'extérieur.


Date :
17 juillet 2010
Heure :
12:00 - 21:00
Lieu :
Parc Maisonneuve
Adresse :
4601 rue Sherbrooke Est
Ville :
Montreal, QC

dimanche 4 juillet 2010

Procédés pixello-argentiques


Nathalie Ampleman et Claude Bouchez produisent une collection d'images qui empruntent des divers courants photographiques des 150 dernières années.

De la gomme bichromatée, aux cyanotypes, à la manipulation électronique. On a l'impression de voyager aux Flandres à l'époque de Vermeer en passant par Nick Bantock.

"La photographie, plus que tout autre art, est une nécessaire tromperie et une manipulation qui fait aussi parti de son processus créateur. Je veux amener ma photographie au-delà de ce qui est entendu de par son caractère supposément objectif. Je réinvente la réalité imagée et, par leurs côtés créatifs et intemporels, j'utilise les procédés photographiques anciens en gomme bichromatée et en cyanotype pour y arriver."

image par Nathalie Ampleman

samedi 3 juillet 2010

La qualité des objectifs et la numérisation

Le dernier numéro de Camera Lens News (#36) de la compagnie ZEISS fait mention des exigences qu'ont les nouveaux capteurs numériques sur la création d'objectifs. En fin d'article, il mentionne que nous regardons les images à des magnifications autrefois inimaginables. Le fait que Photoshop puisse zoomer à 1:1 pixels-écrans/fichiers permet de visualiser une image comme si elle était imprimée à une taille de 2 mètres par 3 mètres et regardés à une distance de 1 pied... Une situation très rare que l'on ne retrouve même pas dans un abri bus, qui souvent correspond aux plus grands besoins en résolution.

Pour avoir imprimé dans un département des murales plusieurs années, j'ai énormément vu à quoi ressemble la qualité des films 4"x5" et plus, agrandis 4' x 8' et observés au microfocus au niveau du tirage. Des transparents faits par de grands photographes commerciaux de Toronto et d'ailleurs avec les meilleures caméras et optiques. Je peux vous dire que l'on est dans un univers impressionniste à la Seurat et que ces tirages ne sont pas faits pour être regardés à ces distances. Reste que lorsque bien maîtrisé, l'argentique peut produire une très grande qualité, mais la qualité d'une image n'est pas que sa résolution.

Je regarde les étudiants utiliser leur 5D mkII de 21 mp et c'est rarissime que le pouvoir de ces 21 mp sont exploités. Certains diront, mieux vaut en avoir plus que moins, mais souvenez-vous, avant, il y avait des appareils 35mm, des 2 1/4", des 4" x 5" et des 8" x 10" et un photographe ne partait pas shooter tous ses contrats avec un 8" x 10". Chaque appareil avait sa vocation. Le problème, c'est qu'aujourd'hui on veut toujours faire nos prises de vues en raw (ce qui est légitime), mais ça correspond un peu à si on trimbalait toujours notre caméra à la plus haute résolution.

J'aime les optiques très piquées, mais avons-nous toujours besoin de ce piqué et est-ce que les performances justifient l'investissement? Un jour (bientôt), le prix des grosses cartes mémoires baissera, le prix des gros disques durs baissera, la rapidité des ordinateurs augmentera et les préoccupations d'archivage des gros fichiers sera une discussion du passé et on pourra jouir pleinement de la qualité excessive des systèmes numériques comme un tampon de sécurité si besoin. Entre temps, la taille des magazines n'a pas augmenté et il serait peut-être sage d'optimiser nos équipements pour la majorité des besoins réels des clients.