lundi 11 août 2008

Le photographe Robert Skinner attaqué

Hier soir, le photographe de La Presse Robert Skinner, s'est fait attaquer et volé son équipement photo lors des émeutes à Montréal-Nord.

Que penser de cet événement? Les photographes ne sont plus des héros comme dans les années soixante et ne possèdent aucune immunité? Un photographe est un individu comme les autres, sujets aux mêmes risques de vols et d'agressions, voir même plus, car il trimbale souvent $20,000.00 d'équipement? Cet événement en est un extraordinaire et la logique habituelle ne s'applique pas?

J'espère que Robert s'en remettra et je suis curieux de savoir ce qu'il en conclura.

4 commentaires:

Anonyme a dit...

J'imagine que la police n'a pas intervenu non plus...

Murielle a dit...

J'ai remarqué un peu le même phénomène quand je suis allée photographier la dernière manifestation contre la brutalité policière. Les manifestants lancaient des morceaux de neige et de glace (parfois plus gros qu'un ballon de soccer) aux photographes en visant les objectifs directement... presque plus qu'aux policiers. Même moi avec mes bas rayés et mon manteau de laine qui fait hippy avec mon chum à l'air bum collé à mes semelle, j'étais une ennemie... Je ne comprends pas trop le pourquoi... Peut-être est-ce parce qu'ils en ont marre de se faire représenter dans les médias comme des casseurs sauvages même lorsque ca ne représente qu'une partie de la réalité... N'empêche, ce n'est pas à leur avantage, car le photographe est là pour photographier la bavure policière possible aussi. Je ne sais pas trop quoi en penser...

Patrick Sanfaçon a dit...

Le 20,000$ de matériel n'y est pour rien. Bob a été neutralisé, c'est son travail qui était visé et non l'équipement. 3 minutes se sont écoulées entre son 1er et dernier frame!
http://patsanfacon.blogspot.com/

Anonyme a dit...

Pour faire suite au commentaire de Murielle, les photographes sont maintenant visés dans les manifs parce que la police utilise les photos et les vidéos des journalistes comme des sympathisants pour identifier les manifestants... C'est une pratique de plus en plus courante depuis 10-12 ans... Alors, pas de photo, pas de chance d'être identifié à postériori...