mercredi 9 janvier 2008

Le langage du cinéma narratif

Lors du dernier congrès de la FPJQ, j'ai participé à une table ronde sur le concept du "Photographe à tout faire".

Un point important, lors de cette discussion, fut la venue du vidéo dans les fonctions du photographe. Jacques Boissinot (de La Presse Canadienne) soulignait que faire du vidéo n'était pas du tout la même démarche visuelle que faire de la photo. On ne peut pas substituer la caméra photo par une caméra vidéo et simplement "garder le doigt plus longtemps sur le piton".

J'ai alors demandé à un de mes bons amis, enseignant le langage cinématographique au cégep Maisonneuve, de me référer un bon bouquin sur les stratégies visuelles et sonores du cinéma.

Le langage du cinéma narratif de Henri-Paul Chevrier est un ouvrage compact et direct sur les effets utilisés en cinéma pour que le lecteur comprenne le message rapidement. Il ne vise pas à faire la révolution du langage cinématographique, mais plutôt, il énumère l'ensemble des "effets" (tant à la prise de vue, au montage qu'à la prise de son) qui fonctionnent avec le lecteur. La grande majorité de ces "effets" ne sont pas perçus comme des effets par le lecteur et passent de façon inaperçue. Ils contribuent à la lecture juste du message de l'auteur. Ce langage de base semble bien établi depuis plus de cinquante ans et n'évolue pas autant qu'on pourrait le croire.

Si votre but est d"éviter de faire toutes les erreurs du débutant et créer une confusion chez le lecteur, c'est un petit 168 pages qui se lisent bien, écrit dans une langue de chez nous et par un auteur qui n'a pas de toiles d'araignées dans la tête, je vous le recommande. Il faut peut-être sauter les deux premiers chapitres qui concernent le cinéma de fiction, mais il faut lire religieusement le reste du bouquin.

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Chapitre 1

Copuler sur un divan à une place demande une musculation préparatoire. Surtout si celui-ci se retrouve flottant dans un néant de beige.

larok a dit...

Cool quel commentaire pertinent..

Murielle a dit...

Moi aussi je trouve le commentaire très pertinant :P Mais c'est vrai que c'est un peu étrange comme page couverture. J'ai du acheter ce bouquin pour un cours il y a 4 ans et c'était la même photo, mais avec un fond vert. Si ca se trouve c'est un film HYPER connu que nous pâuvres inculturés photographiques ne connaissent pas. :P

Anonyme a dit...

La photo de la couverture est tirée du film : Péril en la demeure de Michel Deville en 1984.

Scène très sensuelle du film...